Nous sommes le monde.
 

Partagez | 
 

 Un peu d'aide, c'est possible? | Prusse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Un peu d'aide, c'est possible? | Prusse   Dim 4 Mar - 14:38

Il faisait froid.
Et pour savoir ça Ludwig n'avait même pas besoin de sortir ou d'écouter la météo. Il pouvait clairement voir les passants dans la rue depuis la fenêtre de son salon, ces gens qui rentraient leur cou un peu plus dans leurs épaules, les mains dans les poches et le pas pressé. Mais rien d'étonnant pour cet après-midi de Mars, comme quoi le printemps tardait à arriver.

Ce jour-là, Allemagne ne s'était accordé aucun repos depuis qu'il s'était levé. Dimanche était pour lui le jour où toutes les corvées devaient être faites (en fait, si Gilbert le laissait faire, ce serait ainsi tous les jours. On est maniaque ou on ne l'est pas.). Mais aujourd'hui, quelque chose rallongeait sa liste - préparer un discours pour une réunion, lundi. Du travail en veux-tu en voilà.
Et comme il n'y arriverait pas tout seul à temps, il entreprit d'aller toquer à la chambre de son frère pour lui demander de s'occuper de quelques tâches pendant que lui irait rédiger ce satané discours.
Avec Berlitz à ses pieds, il frappa doucement à la porte, et n'entendant pas de réponse, il finit par l'ouvrir, faisant d'abord seulement passer sa tête par l'embrasure. Ses yeux bleus se posèrent sur Gilbert qui était face à son ordinateur et qui lui faisait profil avec un casque sur les oreilles, visiblement absorbé par ce qu'il faisait. Ludwig ouvrit la porte entièrement.

- Ähm... Gilbert? fit l'Allemand, restant sur le pas de la porte, la main sur la poignée. N'obtenant même pas un regard de l'albinos, il haussa la voix.
- Gilbert.

Encore une fois, sa parole tomba sur des oreilles sourdes. Ludwig leva les yeux au ciel, soupirant.

Bon, allez.
On inspire.
On expire.
On recommence.

- BEILSCHMIDT!
Mais il avait les oreilles complètement bouchées! Il fut tenté un instant de lui arracher le casque de la tête, mais se ravisa rapidement. Certes il ne prenait pas des gants quand il s'agissait de Gilbert mais user de violence sur lui n'était pas de son genre. Il jeta un regard désemparé au Doberman, qui lui, lui retournait un regard suppliant. Soudainement, Ludwig eut une bien meilleure idée que de secouer son frère comme un prunier.
- ... Berlitz, iss ihn.*
Le chien glapit joyeusement et se rua sur Gilbert pour lui sauter dessus, manquant de le faire tomber à terre, puis inonda son visage par de multiples lèches.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Prusse
THE AWESOME!!
avatar


MessageSujet: Re: Un peu d'aide, c'est possible? | Prusse   Ven 23 Mar - 12:04

      Vous ne pouvez même pas vous imaginer à quel point on s'ennuie quand on est Prusse. En effet l'ex Nation, n'avait presque aucune responsabilité depuis plusieurs années, mais l'on ne s'épanchera pas plus là-dessus, ce sont des thèmes désagréables à l'albinos.
      Enfin bref, Gilbert ne trouve rien à faire de ses journées et dans un sens, ça le fait chier ! Tout ce qu'il aimait faire, à savoir la guerre, ... la guerre et... la guerre -y en a d'autres mais bon- on lui avait retiré et surtout ça la foutrait mal d'essayer de se refaire un nom en tant que Nation ces dernières années.
      Alors, il fait quoi notre Gilou, et bien il a ouvert un blog pour y mettre... ce qu'il fait... mais vu qu'il ne fait rien... bah voilà ! Sa volière il n'a pas besoin de s'en occuper tous les jours, ses pistolets et vieux fusils vont commencer à s'user s'il continue de les nettoyer et ce n'était pas l'heure de repas. Surtout que le dimanche, il ne se foulait pas pour le préparer si ce n'était son frère qui le faisait. Ce dernier d'ailleurs, devait être en train de ranger la maison au vu du vacarme hors de la chambre du prussien. L'allemand ne peut s'empêcher de toujours ranger et heureusement que Gilbert le retient sinon il laverait chaque centimètre de la maison tous les matins !

      L'albinos était sur son ordinateur, à faire on ne sait quoi et c'est également à se demander s'il savait lui-même ce qui faisait sur ordinateur. Il se promenait à d'autres à gauche sur internet, allait commenter les réseaux sociaux et suivait rapidement les actualités. Il avait branché son casque et augmenté le volume de sa musique pour ne plus entendre les allés-retours de son frère dans le couloir et le chahut des oiseaux, derrière la maison.
      Gilbert n'entendit donc pas la porte de sa chambre s'ouvrir et encore moins les appels de son frère. Bien trop concentré sur son écran, trop même pour tourner la tête regarder d'où provenait ce courant d'air. Et c'est un violent choc le sortit de sa rêverie en le faisant de tomber de sa chaise et quelque chose plus lava littéralement le visage.
      L’albinos ne savait son frère pouvait devenir brusque, mais lui lécher le visage, il devenait fou ?!


      « - Argh ! Mais arrête bon sang ! »

      Prusse poussa la chose poilue de sur l- POILUE ?! Le prussien se redressa et s’essuya le visage pour ensuite ouvrir les yeux et ne voir que Berlitz qui le fixait en haletant et remuant joyeusement la queue, avec en fond sonore un petit rire sarcastique de la part de son frère.
      Envoyer un chien à l’attaque. Non mais quel lâche ! Puis, qu’est-ce qu’il lui voulait ? L’albinos se leva et redressa la chaise puis posa son casque sur le bureau avant de s’avancer vers son frère pour lui demander ce qu’il voulait, bien qui s’en doutait.
      Évidemment il voulait qu’il l’aide à faire le "minache" et le prussien avait beau s’emmerder à longueurs de journées faire les corvées c’était pas vraiment son truc. Il soupira bruyamment et tourna les talons pour aller se laisser tomber nonchalamment sur son lit en gémissant négativement, comme un gamin à qui on demande de faire ses devoirs.


      « - Pourquoi je devrais le faire hein ?! Tu l’as toujours fait tout seul… Marmonna-t-il la tête
      dans les draps.
»

      Un discours, il l’emmerdait pour un discours que personne n’écouterait de toute façon, comme d’habitude.
      Mais apparemment l’allemand semblait déterminer à faire travailler son frère aujourd’hui, même si Prusse restait cramponné à son lit.


Spoiler:
 

_________________
Ich bin Preußen, die Armee die ein Imperium erbaute,
Ich bin der Sohn des Krieges, der Dämon einer Zeit.

Ich bin der Gott des Krieges und des Schwertes.

Avatar by Kugel ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Imprecations.skyrock.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un peu d'aide, c'est possible? | Prusse   Mar 29 Mai - 14:17

L'Allemand souleva un sourcil circonspect à la réaction de son frère. Un léger sourire s'étira quand même sur ses lèvres.
Mais ce fut de courte durée car il eut soudainement l'air contrit au mot « seul ». Alors c'était vraiment ce que pensait Gilbert ?

- Je ne demande pas la lune, juste un peu d'aide. Tu ne peux pas faire un effort?
Soupira-t-il en voyant tant de mauvaise volonté. Il en profita pour embrasser la salle du regard et continua sur un ton presque maussade. Mais qu'elle pagaille, ich fass' es nicht....*

Décidant de ne pas perdre plus de temps dans ce champ de bataille, Ludwig se pencha sur son frère et le souleva du lit aussi aisément qu'une brindille et l'emmena hors de la chambre, ignorant les éventuelles protestations. Une fois dans le couloir, il daigna bien le reposer au sol. Posant une main sur son épaule, il pointa vers le couloir.

- Écoute-moi, tu vas balayer ici. Tu commenceras par attaquer de front et.. Attends, c'est une mauvaise idée. Tu vas prendre les poussières de revers, sinon ça risque de s'éparpiller partout.

Il lui fila un balai entre les mains, arme restée à disposition de tout bon soldat.

- Je viendrai voir dans quelques minutes. Tu t'y mets sérieusement, compris? Ah et d'ailleurs, tu profiteras d'aujourd'hui aussi pour promener les chiens et changer tes draps. Et je ne négocierai pas.

Sur ces mots, il lui tourna le dos et se dirigea vers son bureau. Se laissant tomber sur sa chaise en un gros soupir, commença à chercher du papier. Prusse se plaignait qu'il n'avait jamais rien à faire, et bien c'était l'occasion de se rendre utile, non ? Et puis ça l'aidait dans son travail. … D'une façon assez indirecte, certes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Prusse
THE AWESOME!!
avatar


MessageSujet: Re: Un peu d'aide, c'est possible? | Prusse   Dim 8 Juil - 18:16

      Gilbert s’envola, en quelques microsecondes il se retrouva sur l’épaule de son frère, regardant la douceur de son lit s’éloigner à chaque pas du blond. Vous ne pouvez pas comprendre à quel point ce scénario est des plus horribles. Un prussien loin de son lit, des images… terribles.
      Une ‘‘larme’’ versée et l’albinos s’agita sur l’épaule de son frère, lui ordonnant de le faire descendre en encourageant ça avec des coups de poings dans son dos ou en essayant de se redresser, s’appuyant sur la tête du blond, au risque de le décoiffer, accident le plus mortel en Allemagne. En moyenne trois prussiens sur quatre meurt après avoir décoiffé un allemand, le dernier survit, car sa victime s’est surement évanouit. Pire que Roderich et son piano.
      Une fois dans le couloir, l’albinos retrouva enfin la terre ferme mais, n’eût pas le temps de souffler que son frère lui soufflait déjà le plan d’attaque des corvées. Bizarrement, Gilbert écouta attentivement les paroles de son frère et attrapa fermement le balais qu’il lui donna. Lui répondant par de simples
‘‘Ouai!’’ ou ‘‘Ok’ay’’. Il fixa le couloir vide, acquiesçant les dernières paroles de son cadet d’un geste de la tête.
      Gilbert se retrouva seul dans le couloir, armé d’un balai. Là il se rendit compte de sa stupidité. Décidement, son frère le connaissait trop bien et savait lui faire dire ou faire n’importe quoi. Il se retourna pour être accueillit par la porte fermée sur bureau de l’allemand. Après un soupir, le prussien traîna jusqu’au fond du couloir pour y commencer les poussières, nonchalamment, s’endormant presque par moment. Aaah vous pouvez le dire, c’est beau de voir un homme travailler.
      Perdu dans son ennuie total, le prussien fixait le vide sans vraiment faire attention. Un mur blanc c’est pas très passionnant. Et contemplant ce mur parfaitement blanc, il remarqua, qu’en réalité, il n’était complètement blanc. Une tâche, de ce qui semblait être de la bière -quand on est bourré on rentre dans les murs-, le narguait de sa présence. Comme toute personne normale, il soupira fasse ce défaut, posa le balais contre le mur opposé et se rendit dans la cuisine, chercher de quoi la faire disparaitre.
      Autant il avait la flemme de faire le ménage, autant ça le soulerait encore plus d’écouter les critiques de son cadet parce qu’il aurait fait les choses à moitié. Il revint dans le couloir, armée d’un chiffon et d’un produit qu’il vaporisa sur l’ensemble de la tâche avant de passer un coup de chiffon dessus. Mais, la tâche restait intacte.
      Bon, d’accord c’est vrai, ça aurait été trop beau de la voir disparaitre en un coup de chiffon, mais l’espoir fait vivre. Il soupira de nouveau, levant les yeux au ciel et s’étira avant d’asperger la tâche avec le produit et de frotter sur cette dernière avec le chiffon.
      Toujours intacte.
      Commençant à s’énerver, le prussien balança le chiffon contre le mur, retenant un « Putaaaain! » entre ses dents et se leva pour aller chercher un éponge dans la cuisine, histoire d’avoir un truc plus susceptible de nettoyer qu’un chiffon. Il revint dans le couloir d’un pas rapide et vint frotter sur cette tâche qui devenait une obsession pour le prussien.
      Ce dernier tenta par la suite tous les produits qu’il avait trouvés dans la maison pour effacer cette putain de tâche de merde, l’attaquant de front, à revers. Il avait même tenté de l’encercler pour l’éliminer mais en vain. Tous ces efforts pour finalement la voir s’effacer légèrement…. Le prussien commençait à se demander depuis combien de temps cette chose était là pour s’être ainsi incrustée dans le mur, au point de ne plus pouvoir la nettoyer !
      Après un long soupire, il abandonna.


      «-Tant pis ! Je passerais un coup de peinture un jour !»

      Lâcha-t-il au vide en lançant l’éponge contre le mur. Puis se retourna vers le balais. Voilà environ une heure qu’il attendait contre l’autre mur du couloir.
      L’albinos l’attrapa mollement et commença à balayer au même ryth- …. Wait. Pause. On est bien au 21ème siècle là ?! L'aspirateur, ça existe, non ?!
      Gilbert tourna la tête vers la porte close du bureau de son frère, s’avança vers elle d’un pas déterminé et d’un coup de pied, l’ouvrit pour balancer le manche en aluminium sur le bureau de l’allemand.


      «-WEST ! Willst du miche verarschen?! Wo hast du den Staubsauger
      hingeräumt?!
*»

Spoiler:
 

_________________
Ich bin Preußen, die Armee die ein Imperium erbaute,
Ich bin der Sohn des Krieges, der Dämon einer Zeit.

Ich bin der Gott des Krieges und des Schwertes.

Avatar by Kugel ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Imprecations.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un peu d'aide, c'est possible? | Prusse   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un peu d'aide, c'est possible? | Prusse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku Hetalia :: Le Village ~ :: Grimm's Place, quartier anglo-saxon-